Le capitalisme et les entreprises capitalistiques

Il est important de redonner des définitions du capitalisme, pour ne pas le confondre avec le libéralisme ou l’économie de marché.

Slate.fr dit : « Le capitalisme défend l’idée que l’efficience économique est fondée sur l’accumulation du capital (machines, ordinateurs, robots, etc.), la division du travail et la spécialisation des travailleurs. »

Le CNRTL (dictionnaire en ligne qui dépend du CNRS et de ATILF), donne comme première définition : « Système économique caractérisé par la concentration de gros capitaux en vue de promouvoir la production et les échanges commerciaux. »

Ma préférée : « Capitalisme : système économique basé sur la propriété privée des moyens de production et structuré en vue de maximiser les profits. […]. Le capitalisme présuppose la liberté de commerce et l’existence d’un marché d’acheteurs et de vendeurs de biens. Synonyme: économie de marché. Capitalisme et démocratie libérale constituent souvent, mais pas nécessairement, le volet économique et le volet politique d’une même société. »

Cette troisième définition précise bien que capitalisme et libéralisme ne sont pas la même chose, même si le capitalisme a besoin d’un état de droit et d’une économie libérale.

K.MARX, lui, considère que le capitalisme est un mode de production dont le rapport social fondamental est le salariat. Dans ce cadre, une société est en présence du capitalisme lorsqu’une partie de la population (les prolétaires) ne peut subsister qu’en vendant sa force de travail sur le marché.

Le capitalisme a grandi avec la révolution industrielle car les mines, les chemins de fer, les hauts fourneaux, la presse, la banque étaient toutes des activités à forte intensité capitalistique. Il faut une énorme quantité de capitaux pour lancer puis faire croître et même maintenir une entreprise industrielle, de média ou bancaire.

Par exemple, BNP Paribas, première banque française, mobilise 90 milliards d’euros de capital pour pouvoir fonctionner.

La révolution industrielle du 19ème siècle a été financée par les énormes richesses particulières de la vieille Europe. Le décollage économique soviétique (et chinois) entre, puis après les deux guerres mondiales, a été financé par la captation de toutes les richesses nationales et de tous les bénéfices des entreprises d’État. Pas un seul sou n’a été redistribué au peuple, tout a été conservé pour l’investissement dans l’appareil de production (civil et militaire).

 

En conclusion, je donne cette définition très simple, presque tautologique :

Le capitalisme, c’est un modèle qui fonde les entreprises sur le capital.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *