Cartographie des systèmes économiques

Bien que les libertés économiques et les libertés individuelles soient souvent inextricables[1], nous tentons de classer les systèmes économiques et les modèles d’entreprises en fonction de ces deux notions.

Axe des libertés individuelles

 

Dictature (communisme inclus) [2] Despote éclairé Monarchie parlementaire Démocratie représentative Démocratie directe Libertaire Anarchie
Etat totalitaire et arbitraire Etat de droit [3] Absence d’État Autogestion

 

Ce blog, les swappeurs, ne traite pas des libertés individuelles et des différents systèmes d’État. Toutefois, nous présentons cette vue d’ensemble car les systèmes économiques et juridiques traités dans le blog reposent tous sur un État de droit (partie centrale de l’axe), que nous présenter aux lecteurs en relation avec les autres formes de sociétés possibles.

Axe des libertés économiques

 

Communisme Colbertisme, État interventionniste État-providence, État social Libéralisme économique Libertarianisme [4]
Économie planifiée Entre-deux Économie de marché

 

Les deux extrêmes de ce tableau ne sont pas exposés dans ce blog. Le communisme figure dans ce graphique par soucis de cohérence, à l’une des extrémités de l’échelle des libertés économiques car dans une économie planifiée, les citoyens n’ont aucune liberté d’entreprendre.

Axe du profit et de la forme juridique des entreprises et du travail

 

Bénévolat Économie de partage Économie sociale et solidaire (ESS)

Le « social-business »
Sociétés Coopératives Entreprises individuelles
Professions libérales
Ubérisation
Capitalisme
Économie non-marchande Économie marchande

 

Il n’y a pas de lien entre la disposition du tableau des libertés économiques et celui du profit et de la forme juridique des entreprises et du travail. C’est uniquement par une nécessité de présentation que dans le second tableau, le bénévolat est situé à gauche de l’axe et que dans le premier tableau, l’économie planifiée est y aussi située à gauche. Même emplacement mais aucune relation de causalité ou de dépendance entre ces deux notions.

Toutefois, si l’on cherche à relier ce dernier tableau avec les deux premiers, les huit formes d’activités présentées dans ce dernier (du bénévolat au capitalisme en passant par l’ESS) sont reliées aux parties centrales et à droites des axes des libertés individuelles et économiques, à savoir :

  • Une économie de marché mixée avec un État-providence
  • Des États de droit

Ceci est le reflet de la société occidentale au 21ème siècle.

Pourquoi un axe du profit ?

Parce que la société a évolué et que par le biais d’Internet émerge une immense économie de partage (des biens, des savoirs et des services), qui risque de remettre en cause le modèle traditionnel de capitalisme et de l’État-social.

Pourquoi un axe des formes juridiques des entreprises et du travail ?

Nous touchons au but premier de ce blog : montrer qu’il existe, pour ceux qui veulent agir et s’investir et construire le monde de demain, des outils et des théories adaptés à chaque sensibilité.

 

Note [1] Les notions étant tellement inextricables et souhaitant proposer aussi un panorama du type d’entreprises qu’il est possible de créer à travers ces systèmes politiques et économiques, nous n’adoptons pas le diagramme de Nolan Retour à la lecture

Note [2] : le communisme, dans son acceptation commune, est à la fois un système politique et un système économique. On retrouve donc cette notion à la fois dans le tableau des libertés individuelles et dans celui des libertés économiques. Retour à la lecture

Note [3] : on appelle États de droit des états dans lesquels la justice est indépendante, les contrats sont respectés, la loi est appliquée par tout, en tout temps et pour tous (le contraire de l’expression deux poids deux mesures), il existe des contre-pouvoirs (une police des polices par exemple, une cour de justice administrative qui permet aux citoyens de porter plainte contre l’État pour obtenir le respect de leurs droits), une liberté de la presse, d’opinion, de parole, de culte, des élections libres et non-truquées, une corruption inexistante ou minimale mais en tout cas combattue. Retour à la lecture
Note [4] : Libertaire et Libertarianisme sont deux notions légèrement différentes, non abordées dans ce blog. Suivre les liens pour leur définition. Retour à la lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *